Société

Torture en Guinée : une vidéo qui accable la gendarmerie de l’ECO 4 de Matoto

Les forces de sécurité guinéennes usent encore régulièrement de la torture et de mauvais traitements à l’encontre des présumés bandits pour les extorquer  des aveux.

L’escadron mobile N° 4 de Matoto  est devenu un abattoir des présumés bandits qui tombent dans leurs filets. Plusieurs présumés bandits ont succombé à leurs blessures  à l’ECO 4 de Matoto après avoir subi des tortures inhumaines.

Le patron de l’escadron de Matoto,  le lieutenant-colonel Ibrahima Kalil Sidibé,  assisté par son célèbre  tortionnaire Jean N’gnako, sont  accusés d’être auteurs de plusieurs meurtres des présumés bandits sous l’effet de la torture  dont nous détenons plusieurs preuves. En vidéo bien sûr !!

Mohamed Conté, alias ‘’Souka’’ a été arrêté en 2011 par l’escadron mobile N° 4, dirigé par le lieutenant-colonel Ibrahima Kalil Konaté, connu sur le sobriquet de ‘’ Commando’’

A la barre de la cours d’assises, Mohamed Conté avait raconté sa mésaventure, du fait de la torture qu’il dit avoir  subie  dans les locaux de la gendarmerie de Matoto.

«J’ai été attaché par une grossesse chaine  par Jean N’gnako, pendant deux (2)  jours, pour que je reconnaisse des faits  que je n’ai pas commis.  Ils m’ont mis dans un faussé, ils ont mis ciment sur moi je suis resté dans ce  fossé pendant toute la journée. Après,  Jean gnakoé m’a  attaché et ils m’ont mis en brochette avec une barre passée sous mes jambes et suspendue pendant des heures. Ils voulaient me tuer  pour ne pas que je parle. Le lieutenant-colonel  Ibrahima Kalil Konaté m’a brulé avec son briquet et sa cigarette. Après, ils m’ont pendu comme Jésus» tel était la narration de Souka à la barre, lors de la cour d’assises de 2012

Le  célèbre bandit Mohamed Conté Souka, reconnue coupable d’association de malfaiteurs, vols à mains armée, est condamné à 20 ans de prisons par la cour d’assises de 2012. Cette vidéo prouve à suffisance la torture pratiquée par cette unité de la gendarmerie qui est pointée du doigt par beaucoup de présumés bandits comme un abattoir pour les détenus.

Nous vous livrerons les témoignages alarmants d’un détenu sur la mort  du présumé bandit qui aurait été tué injustement par Ibrahima Kalil Konaté et son tortionnaire Jean Ngnakoé lors de son transfèrement à la maison d’arrêt de Kindia.

 

Abdoul Latif Diallo

Related posts

Laisser un commentaire