Société

Coyah : la vétusté de la prison rime avec un risque d’évasion !

La prison Civile de Coyah est un sujet de préoccupation, ce vieux bâtiment colonial transformé en prison civile où séjournent des  bandits de grand chemin qui pourraient s’évader les jours à venir à cause de la forte pluie qui s’abat sur la Guinée  si le ministère de la justice ne réagit pas. Très vite !! Il s’agit du soldat Abdoulaye Manet, militaire radié de l’effectif de l’armée, le cerveau du kidnapping d’Elhadji Doura Mohamed Dialllo et ses complices tous impliqués dans l’assassinat du défunt richissime opérateur économique guinéen.
A l’instar de tous les autres centres pénitentiaires du pays, la prison civile de Coyah ,ce vieux bâtiment colonial délabré abrite une centaine de détenus repartis dans quatre cellules qui semblent encore tenir n’a aucune garantie sécuritaire pour garder ces grands malfrat. Du moins à en croire nos sources.

« on se pose tous la question de savoir pourquoi le ministère de la justice a amené les criminels comme Manet et les bourreaux d’Elhadji Doura dans la prison civile de Coyah. Pourquoi ils n’ont pas été incarcérés dans un centre pénitentiaire sécurisé comme la maison centrale de Conakry et celle de Kindia  » s’interroge  O. S une des gardes pénitentiaires qui a requis l’anonymat.
« la prison civile de Coyah n’est pas une prison pour des bandits de tel envergure. Les prisonniers sont enfermés dans les cellules 24h sur 24h. Ils ne se lavent pas ni se mouvoient,   parce que c’est une prison qui ne répond pas aux normes », renchérit p ce garde pénitentiaire. 
Et son collègue de prévenir : « Avec cette grande pluie, ces détenus risquent de s’évader parce qu’il serait facile pour eux de percer le tôle et de s’évader. Ils veulent juste créer le problème au régisseur de Coyah. »
Au demeurant, une éventuelle évasion est à craindre, aux yeux de plusieurs observateurs, à la prison civile de Coyah. Certaines personnes pensent même  qu’on n’a transféré ces détenus à Coyah pour faciliter leur évasion. Abdoulaye Manet, arrêté en 2011 pour attaque à mains armée, coupeur de route, puis condamné à 15 ans de prison, a été libéré par la justice à la prison civile de Kindia avant d’être arrêté à nouveau à Guecke.
Il est donc temps et grand temps pour le ministère de la Justice d’agir avant qu’il ne soit pas trop tard.

Abdoul Latif Diallo

Related posts

Laisser un commentaire