Politique

Sécurité: Les manifestations politiques seraient-elles une source de revenu pécuniaire pour les agents des forces de l’ordre (témoignages)

À un moment donné, les manifestations politiques étaient devenues le quotidien des habitants de la capitale guinéenne. L’opposition républicaine se faisait toujours entendre par ces moyens qui sont ville morte ou marche pacifique, durant laquelle on constate souvent des affrontements entre forces de l’ordre et manifestants. 

Plusieurs jeunes ont été tués pendant ces mouvements de protestation violents. Aucune disposition n’a été prise, pour retrouver les coupables de ces odieux crimes. L’opposition pointe un doigt accusateur aux hommes en tenue. 

Par ailleurs, ces manifestations étaient devenues une source de revenu, pour certains agents de maintien d’ordre sur le terrain.

Un agent de la CMIS que notre rédaction a rencontré, a, sous le sceau de l’anonymat, expliqué comment ils gagnent de l’argent sur le terrain. << Affronter les cailloux c’est très dur. Mais, toute interpellation qu’on fait nous rapporte de l’argent. Si on prend quelqu’un, au minimum il va payer 300 000 Gnf. La plus part, si on prend les petits enfants, on appelle leurs parents pour qu’ils viennent négocier sur place, avant qu’on ne les dépose à la CMIS. L’équipe se partage l’argent. Si les parents ne viennent pas, des fois, on les chicotte et on les laisse partir >>, a-t-il expliqué.

Plus loin, cet agent de la police dit avoir un peu hâte des manifestations. << J’aime vraiment le terrain. Quand il y a le mouvement, ça ne galère pas trop. On gagne beaucoup de choses >>, a-t-il ajouté.

À en croire Ousmane Bah, élève de la terminale, << une fois, des policiers m’ont interpellé au marché de Koloma alors que j’étais de passage. Je ne faisais pas partie des manifestants. Ils ont vidé mes poches. Mon téléphone, ma clé internet et mon argent, ils ont tout pris. Ils m’ont frappé terriblement, après ils m’ont relâché, je suis rentré chez moi poches vides >>, a-t-il relaté.

À noter qu’à chaque manifestation, des personnes se plaignent d’être dépouillé par les Forces de l’ordre. Au regard de tous ces facteurs, c’est possible que ces mouvements politiques soient un fonds de commerce pour eux.

Baldé Alpha Souleymane

Related posts

Laisser un commentaire