Politique Science

Criminalité en Guinée : N’na Fanta Sosso, la donneuse de grossesses et ses complices déférées à la maison centrale

Le secrétariat général à la présidence de la République chargé des services spéciaux, de la lutte antidrogue et du crime organisé a mis à la disposition de la justice ce mardi, 16 janvier 2018,  Mme N’na Fanta Camara communément appelée Fanta sosso, femme thérapeute qui se déclare, capable d’aider les femmes  à concevoir.

« C’est  suite à une plainte collective de plusieurs femmes victimes déposée à l’office central chargé de la lutte contre la drogue et le crime organisé. Plainte dans laquelle, les victimes accusent Me N’na Fanta Camara d’escroquerie, d’administration de substances nuisibles et mise en danger de vie d’autrui  que notre service a décidé de l’arrêter et l’interroger sur les charges portées contre elle», a indiqué  le commissaire divisionnaire Traoré Daba devant une grande foule de femmes venue assister à la présentation.

Agée de 40 ans, l’accusée, N’na Fanta Camara, sage-femme de son état est mariée et mère de 5 enfants. Les services spéciaux indiquent qu’elle a abusé de la confiance de ses clientes.

«Elle se dit être capable d’aider les femmes stériles à avoir des enfants par des médicaments qu’elle a hérités de sa belle-mère, il y a de cela 20 ans. Elle dispose de ce fait de plusieurs médicaments qu’elle revend aux femmes stériles contre un paiement de 300 000 fg (trois cent mille francs guinéens) par personne, 10 000 fg (dix mille francs guinéens) à chaque consultation, un coq et un complet de 3 pagnes pour soigner leur stérilité tout en leur interdisant de se faire consulter par un médecin  sauf par son complice, Etienne Gbamou », renchérit le commissaire Traoré Daba .

Au terme de l’expertise médicale faite sur plus de 150 femmes, il ressort que les médicaments administrés par Mme N’na Fanta Camara à ces femmes ont eu des conséquences néfastes pour leur santé.

« Toutes les femmes qui ont été voir N’na Fanta Camara  après échographie,  souffrent toutes d’une métrorragie ou saignement intense, des vomissements intenses, un ballonnement abdominal, besoin élevé de boire de l’eau, augmentation de l’appétit, prise du poids .Des facteurs qui peuvent entrainer la mort », explique le chef de service de santé et prévention antidrogue, Dr Mamadouba Fougué Camara.

Abordant toujours les conséquences des agissements de cette femme, Dr Mamadouba Fougué Camara ajoute qu’au-delà de ces effets indésirables,  ces femmes seront dans l’avenir confrontées à une insuffisance rénale, une complication cardiovasculaire, au diabète, une augmentation des risques et cas de kystes associés au myome utérin ,leurs utérus seront rétrécis ou déformés .

Très touché par ces explications du médecin qui font froid dans le dos, le colonel Moussa Tiégboro Camara se dit choqué et navré par ce qui est arrivé à ces femmes.

« N’na Fanta Camara est un danger pour notre nation. Elle empoisonnait ces pauvres femmes,  les escroquait. De par ses produits, nous avons des femmes qui ont leurs ventres ballonnés, il y a de cela 3 à 4 ans. Plusieurs d’entre elles ont quitté leurs foyers de par son caractère sadique. C’est pourquoi, je lance un appel à l’Etat de venir au secours de ces femmes qui n’ont aucun espoir. Le ministère de la santé doit se bouger le plus vite que possible pour les aider à se rétablir  », souhaite-t-il.

Apres avoir reconnu les faits qui lui sont reprochés, un groupe de femmes s’est déjà constitué partie civile pour poursuivre N’na Fanta Sosso Camara en justice.

Mais déjà, elle est mise à la disposition de la justice notamment du tribunal de première instance de Mafanco.

mosaiqueguinee

 

Related posts

Laisser un commentaire