Close

Grève des enseignants : Le ministre Sangaré, comme au théâtre !

9 octobre 2018 Société

‘’Démarrage effectif des cours dans les écoles de Conakry, le constat du Ministre de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation’’

C’est ainsi que titre la cellule de communication du ministère guinéen de l’Éducation nationale et de l’Alphabétisation, évoquant la reprise des cours que, le MENA juge d’ailleurs effective, dans les différents établissements d’enseignement pré-universitaires du pays.
Dans son périple qu’a suivi la cellule de Com’ du MENA, les scribouillards du ministre de l’ENA Mory Sangaré, ont souligné que ce matin (6 octobre) dans plusieurs écoles de la capitale où leur ‘’boss’’ se serait rendu, il y a eu une reprise effective des cours. ‘’Du lycée 2 octobre de kaloum en passant par le lycée , collège et l’école primaire lanbagny jusqu’au lycée Boubacar Biro dans la commune de matoto, élèves et enseignants ont repris leur quotidien. Même avec les plus faibles effectifs, les enseignants ont tenu a accomplir leurs devoirs. Sur le tableau noir on pouvait lire le programme dans certaines salles de classes et les premiers cours dans d’autres », ajoute la cellule de Com’ du ministère.
Toutefois, le constat réel de l’effectivité de la reprise des cours ce lundi matin dans nos écoles crève les yeux. Même si le ministère en charge de l’Éducation nationale tente de se bander les yeux, point n’est besoin de porter des lunettes 3D ou encore des jumelles pour se rendre compte dans la plupart des écoles de Conakry, la quasi-totalité des élèves et enseignants ont fait salle vides. En observation bien sûr de la grève générale et illimitée lancée la veille par le Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG). Lequel exige une revalorisation salariale des enseignants du pré-universitaire à hauteur de 8 millions de francs guinéens. À négocier, précise la bande à Aboubacar Soumah.
15 enseignants …
Comme le ridicule ne tue pas, le ministre Sangaré et ses ouailles ont poursuivi leur ‘’mini-tournée ‘’ à la haute banlieue de Conakry où ils ne manqueront pas de dresser leur constat que voici in extenso : « Selon la directrice de l’école primaire lanbagny sur 15 enseignants programmé 15 ont répondu présents. Seulement certains parents d’élèves hésitent encore à laisser les enfants reprendre le chemin de l’école . La directrice de l’école primaire lanbagny a donc interpellé les parents d’élèves sur l’intérêt de la reprise immédiate des cours par les enfants même sans tenue scolaire. Elle reste quand même confiante vue l’évolution du taux de fréquentation du 3 octobre à aujourd’hui et ose espérer que les classes feront leur plein d’ici la fin de la semaine. »
Et le Ministre de l’Education Nationale qui était accompagné, selon la cellule de Com’’’ du secrétaire général et plusieurs cadres du département, qui était sans doute sous d’autres cieux d’exprimer sa
satisfaction face au désastre éducative. Mory SANGARE ne se serait pas limité là. Le sieur Sangaré aurait poussé le Rubicon jusqu’à féliciter et encourager les enseignants et leurs encadreurs qui auraient permis de couronner cette journée de succès . ‘’Il estime qu’à présent le problème n’est plus qu’au niveau des élèves qui continuent à rester à la maison. Au nom du gouvernement, il a rassuré les parents d’élèves de toutes les mesures prises tant sur le plan administratif que sécuritaire pour le bon déroulement de l’année scolaire 2018-2019.Il a également demandé aux élèves présents d’inviter leurs collègues à faire comme eux, car c’est maintenant que se préparent les examens de fin d’année’’ , la cellule de Com’ du MENA. Et ce n’est pas tout ! Elle ajoute : «
Demain le Ministre de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation visitera d’autres écoles pour les mêmes constats afin de trouver solution aux disfonctionnement qui pourraient se poser par endroit. »
Au demeurant , les choses évoluent à reculons quant à la reprise effective des cours dans nos écoles tant et si bien que de telles scènes servies à volonté par les autorités en charge de l’Éducation nationale corseraient les négociations entre le SLECG et le gouvernement au grand dam du système éducatif guinéen .
Youssouf Diallo

Laisser un commentaire