Close

Épidémie d’Ebola en RDC : 1 million de dollars débloqué par l’OMS pour la riposte

11 mai 2018 Afrique

Les autorités congolaises et leurs partenaires ont débuté le 9 mai l’offensive contre la nouvelle épidémie de fièvre hémorragique Ebola qui s’est déclarée dans le nord-ouest de la République démocratique du Congo et qui a déjà fait deux morts sur les dix-sept décès suspects enregistrés.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) « a débloqué un million de dollars » pour « stopper la propagation d’Ebola dans les provinces et les pays voisins », a indiqué le 9 mai un représentant de l’agence humanitaire des Nations unies (Ocha) à la presse.

« Une équipe de Médecins sans frontières (MSF) est déjà sur place depuis samedi [5 mai], participant aux efforts du ministère de la Santé pour mettre en place une réponse rapide et adaptée afin de faire face à cette urgence », a indiqué l’ONG dans un communiqué.

La République démocratique du Congo « fait face à une nouvelle épidémie de maladie à virus Ebola », avait indiqué mardi l’OMS. Sur 21 cas présumés de fièvre hémorragique virale enregistrés dans la province de l’Équateur (nord-ouest), dont 17 décès suspects, au moins deux décès sont liés au virus.

« Les gens vivent normalement »

À Bikoro cependant, où se trouve l’épicentre de l’épidémie, les habitants poursuivent normalement leurs activités.

« Nous ne sommes pas informés. Nous ignorons tout de cette déclaration de l’épidémie d’Ebola dans notre zone par les autorités de Kinshasa. Les gens vivent normalement. Il n’y a aucune disposition prise pour éviter la propagation de la maladie. Ce matin, les marchés ont ouvert normalement, du gibier frais est vendu comme s’il n’y avait aucun danger », a déclaré à l’AFP Papi Elima Ipeko, un enseignant de Bikoro.

« Officiellement aucune disposition n’est prise », a ajouté Fabien Mongunza, un représentant de la société civile dans la capitale provinciale Mbandaka, à 100 km de Bikoro.

Mais dans un communiqué publié le 8 mai, le ministère de la Santé a évoqué un « plan de riposte ». « Depuis la notification des cas le 3 mai dernier, aucun décès n’a été rapporté », reprend le communiqué du ministère, sans préciser la date du déclenchement de l’épidémie.

Laisser un commentaire